Article de la semaine : Les activités avant le coucher – pourquoi éviter les écrans

La société occidentale moderne a bouleversé nos rythmes biologiques en impactant notamment notre heure du coucher, notre préparation au sommeil, et par conséquent la qualité de ce dernier. Le sommeil étant un état essentiel à la santé, ce bouleversement impacte également, plus ou moins directement, notre état de santé.

Cela a commencé au début du XXème siècle, avec l’accès au plus grand nombre de l’électricité domestique. Synonyme d’un grand confort, notamment pour la lumière, cette électricité domestique a tout doucement déconnecté la plupart des gens du rythme naturel du soleil et de l’impact de la lumière sur notre santé et notre sommeil. Cet impact s’est intensifié avec l’arrivée de la télé, puis des ordinateurs et maintenant des tablettes et autres écrans portables.

Une grande majorité des occidentaux fixent leur heure du coucher en fonction des programmes télé, dont les « prime-times » (profitez bien de cette exception que je fais à mon aversion pour le franglais 😉) nous emmènent maintenant jusqu’à près de 23h00.

Mais quel impact la luminosité a-t-elle vraiment sur notre sommeil et pourquoi ?

Bien que l’Homme soit un être évolué qui s’est adapté à de nombreuses conditions qui évoluent de plus en plus vite, nous n’en restons pas moins des « animaux » et notre cerveau fonctionne encore sur des automatismes liés notamment aux rythmes de la nature. Et QUOI QUE nous fassions, notre cerveau réagit à la luminosité et prépare certaines des fonctions de l’organisme selon l’intensité de la luminosité qu’il perçoit.

Ainsi notre glande pinéale, également appelée épiphyse, qui a la taille d’un pois et qui se situe au centre du cerveau, synthétise la mélatonine, hormone impliquée dans le rythme biologique, comme les cycles veille / sommeil (activité associée à l’obscurité). Elle est sensible à l’intensité de la lumière et est informée par la rétine grâce à des connexions nerveuses. Le taux de mélatonine circulant dans le sang augmente la nuit et diminue le jour, ce qui nous permet d’avoir un rythme circadien (= rythme biologique d’une période d’environ 24 heures) et de caler nos rythmes veille / sommeil.
Calée sur les rythmes ancestraux du soleil, l’épiphyse se fie à la baisse d’intensité de la lumière pour préparer notre corps (et notre esprit !) au sommeil dans les heures qui suivent.

On part en général du principe qu’il faut environ 2 heures à notre organisme pour se mettre en mode sommeil (fonction physiologique), donc 2 heures entre la fin d’une certaine luminosité et le début d’un état naturellement propice au sommeil.

Le hic c’est que notre cerveau ne fait pas la différence entre la lumière du jour et la lumière d’un écran, puisque l’information lui parvient par la rétine. Donc plus vous stimulez vos yeux avant de vous coucher, notamment par de la luminosité, plus vous indiquez à votre organisme que c’est encore le jour et donc la période d’activité pour votre corps. Ce qui risque évidemment de compliquer votre endormissement et la qualité de votre sommeil. D’autant que le sommeil est une période de repos nécessaire à de nombreuses fonctions physiologiques pour maintenir notre corps en bonne santé. Et notre organisme est lui toujours régi selon les rythmes naturels des éléments et l’absence de cet état de repos à certaines heures et dans certaines conditions va au mieux le perturber, au pire l’empêcher d’effectuer correctement certaines de ces fonctions.

Prenez donc de bonnes habitudes et pensez à « débrancher » au moins 2 heures avant d’aller vous coucher. Si vous tenez à avoir « de la vie » autour de vous en fin de soirée, préférez la radio, la musique… L’ouïe, à l’inverse de la vue, n’est pas un sens qui impacte négativement la préparation au sommeil. Au contraire, il est reconnu que l’écoute de musique assimilée à la détente (notamment la musique classique) favorise l’endormissement et une bonne qualité de sommeil.

Profitez de vos soirées autrement et profitez d’un bon sommeil réparateur !

Prenez soin de vous ! <3